25 ans à 6282m d'altitude !...

Publié le par Vincent

 

Pomerape-60

6h04 Levé du Soleil...

 

C’est à 00h30 que la belle sonnerie super stressante du téléphone de Anne nous réveille après une courte nuit… si du moins nous pouvons appeler cela « nuit ».

J’ai dû somnoler en tout et pour tout 2 petites heures, le reste du temps, j’écoutais le bruit du vent sur la tente…

Aucun bruit dehors, nos chers guides doivent encore être dans les bras de Morphée… nous décidons d’attendre 10 minutes avant d’aller réveiller nos amis Boliviens. Les 10 minutes s’écoulent, Anne prend son courage à deux mains et sort de la tente. Ugo et Nolberto n’avaient pas entendu leur réveil… comme c’est surprenant !

Dans la nuit avec nos lampes frontales, alors que nous avons mis l’eau à bouillir, chacun prépare tranquillement et en silence son barda pour l’ascension.. le plus grand bonheur est d’enfiler nos chaussures de ski pour la journée !... Une fois cette étape passée, tout est plus simple. Nous avons la chance de pouvoir laisser nos tentes, les tapis de sol et nos sacs de couchage au camp, Marcelo, le chauffeur viendra dans la journée les récupérer ! Le moindre effort économisé est une opportunité à saisir !

 

Pomerape-61

 

A 01h30, dans la nuit, sous un beau ciel étoilé nous entamons notre marche dans un pierrier ! Bon début. Après une petite chute sans grande gravité pour Anne, nous arrivons sur le glacier, nous sortons les crampons et débutons la marche glacière. Heureusement la température n’est pas trop froide et le vent est tombé. Les conditions semblent alors réunies pour passer une magnifique journée.

 Encordé avec Nolberto, nous progressons sur le glacier à un bon rythme. Anne et Ugo, un peu plus loin derrière prennent plus de temps pour se lancer, Anne souffre du froid au niveau de ses mains…

 

Pomerape-64

 

Pomerape-66

 

Pomerape-67

 

Pomerape-68

 

Pomerape-70

 

 

C’est un petit plateau, alors que les lueurs du crépuscule commencent à sortir derrière le Sajama, la seconde cordée nous rejoint… Lorsque le soleil sort, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, les températures sont les plus froides… Je ne ressens pas le froid et je sors alors l’appareil pour immortaliser ces instants magiques… je ne vois pas d’autres mots…

 

Pomerape-71

 

Pomerape-74

 

Pomerape-75

 

Au fur et à mesure de l’ascension, notre rythme baisse et les effets de l’altitude se font de plus en plus ressentir… Les pas se font de plus en plus longs mais le sommet ne semble plus si loin…

Nolberto est au petit soin… à chaque conversion il me pause la question « Como estas Vicente ? Todo bien ?!  Si Estoy bien, gracias ! ».

Le panorama devient de plus en plus fantastique et la couleur du ciel est tout simplement parfaite… Alors qu’il est difficile de trouver la motivation dans le noir  de la nuit, une fois le soleil sorti, nous pouvons trouver notre énergie dans la beauté des paysages qui nous entourent… 

 

Pomerape-78

 

Pomerape-81

 

Alors que je n’ai pas l’idée de l’heure, pas d’idée précise de l’altitude, nous arrivons devant une paroi qui devient de plus en plus verticale… Il n’y a pas 15000 chemins pour arriver au sommet. La fatigue commence à se faire ressentir. Il doit être environ 10h… cela fait maintenant 9h que nous marchons entre 5100 et 6000m d’altitude. La partie technique commence !

 

Pomerape-82

 

Pomerape-87

 

Pomerape-88

 

Pomerape-93

 

Pomerape-95

 

Nous attendons Anne et Ugo pour entamer une première petite traversée qui nous permettra de contourner la barre rocheuse se situant juste au dessus de nous. C’est alors le début de deux longues heures d’ascensions verticales ponctuées de multiples relais, de sensations fortes, de concentration, de fatigue et d’une dernière petite ascension d’un dôme pour atteindre le sommet !....

C’est mon premier passage technique de ma jeune expérience d’Andiniste/alpiniste. Sans aucune crainte et avec une confiance totale envers Nolberto, je me lance dans cette traversée au dessus d’un vide de 500m de long en dessous de mes pieds !.. Je ne pensais pas avoir une foi en moi dans ces conditions aussi rapidement !... Le jour de mes 25 ans, c’est certain, je m’en rappellerai !

 

Pomerape-96

 

Pomerape-98

 

Pomerape-101

 

Pomerape-103

 

Pomerape-104

 

Pomerape-107

 

La suite n’est qu’un enchainement de relais sur 150m de long sur une face quasiment verticale, où nos coudes touchent la paroi quand on tend le bras… pour vous donner une idée du degré d’inclinaison de la pente !...

Ugo et Nolberto sont tout simplement des machines et montent au fur et à mesure à un rythme de folie pour nous assurer de là haut. Tous les trois pas, je m’arrête, reprend ma respiration, et me relance pour me hisser au sommet. Le sommet paraît tellement loin, nous ne le voyons même pas et nous ne pouvons même pas être sûrs qu’une fois cette paroi terminée nous aurons atteint le sommet.

 

Pomerape-108

 

Pomerape-109

 

Pomerape-111

 

Pomerape-113

 

Pomerape-114``

 

Pomerape-115

 

 

Après environ 1h passée sur la face verticale, nous arrivons sur un petit plat qui me permet, pour ma part, de m’allonger d’épuisement sur la neige alors que Nolberto n’arrête pas de parler comme si il venait de siroter un cocktail dans un transat au bord d’une plage. Nous sommes à 6140m d’altitude et je suis au bout de ma Vie !!!!...

Après 10 petites minutes de repos, nous reprenons la marche qui ne doit plus durer très longtemps. Cela fait alors 10h45 que nous sommes partis du camp de base…

Nous apercevons le sommet mais avant de l’atteindre une dernière montée de 40m nous fait face. Ce n’est plus tous les 3 pas que je m’arrête mais tous les 2 pas.. je compte dans ma tête et je m’efforce de continuer… Vamos, Vamos… 

 

Pomerape-119

 

Pomerape-125

 

C’est alors la délivrance, la victoire, après 11h d’ascension, j’arrive sur le toit du Pomerape à 6282m d’altitude… C’est Gagné !!!...

Je m’allonge, je profite, je respire… et Ugo et Nolberto se mettent à chanter joyeux anniversaire en Espagnol tout en applaudissant !... Voilà l’image de la Bolivie et de ses habitants… des personnes pleines d’humanité, toujours au petit soin, qui même après 11h de marche, trouvent la force et le sourire pour danser et chanter à plus de 6200m d’altitude !...

 

Pomerape-127

 

Pomerape-132

 

Pomerape-134

 

Nous allumons les bougies sur le gâteau que j’avais fait avant de partir et je souffle mes bougies au sommet !... Anne a tout prévu, une petite fiole de whisky pour marquer le double événement : mon premier 6000m et les 25 ans !...

Alors que je n’étais déjà pas fan du whisky à Grenoble, à 6282m d’altitude ce n’est pas que du bonheur !!!...

 

Pomerape-135

 

Pomerape-141

 

Pomerape-144

 

Le paysage est fabuleux… Nous avons une vue imprenable sur le parc Sajama avec son sommet principal, une vue sur les lagunes chiliennes.. Splendide !...

Tout cela valait bien le coup… après quelques doutes sur mes capacités à atteindre le sommet durant les 11h de marche, je ne regrette pas l’effort fourni pour observer ce magnifique spectacle !...

 

Pomerape-152

 

Pomerape-153

 

 

Après 35 minutes au sommet nous entamons la descente… un long moment durant lequel les effets de l’altitude commencent à se faire ressentir… Nausée, mal au crâne… ce n’est pas qu’une partie de plaisir cette Aventure et faut bien l’avouer… ll faut tout de même être un peu maso pour s’affliger de tels efforts !...

 

Pomerape-154

 

Pomerape-158

 

 

Pomerape-162

 

Pomerape-164

 

C’est sur ces pénitents que, pendant près de 5 heures, nous avons dû marcher pour descendre et rejoindre le 4x4 de Marcelo. Nous pouvions l’apercevoir du sommet mais il semblait s’éloigner au fur et à mesure que nous avancions…

Une fois le sommet atteint il est toujours difficile de retrouver la motivation pour redescendre.

C’est ça qui fait le charme du ski de rando !... Effort physique intense en montée dans un décor naturel et la descente les skis aux pieds !... Quoi de mieux !?

Au final après près de 5heures de descente, nous arrivons au point de rendez vous… complètement exténués mais heureux d’avoir réalisé cette première grande traversée qui devait durer environ 10h et qui finalement aura duré 16h… On n'en est plus à 6h près !...

 

Pomerape-166

 

Pomerape-168

Publié dans Bolivie

Commenter cet article