A Chacun son Thaki en Bolivie"- Expedition Andine

Publié le par Vincent

 

Dômes-162 copie

 

17 Janvier 2013 :

Arrivée en terre sud américaine !...

Du temps est passé et ma venue en Bolivie s’est officialisée. C’est dans le cadre de mon stage de Master 2 de Tourisme Sportif International, que nous avons trouvé un terrain d’accord avec Anne et Jérôme, un autre expatrier Français ayant créé avec Anne l’agence « Thaki Voyages ».

Depuis notre premier échange avec Anne, par Skype, 3 mois plus tôt, je n’ai cessé de penser à ce projet d’expédition de 14 jours dans la cordillère Apolobamba… Ayant pris d’avantage d’informations auprès de Anne, je prenais  alors conscience que ce projet ne se résumé pas uniquement à un exploit sportif, mais qu’il existait bien une réelle Histoire entre cette française, andiniste accomplie et ses amis Guides de Haute Montagne…


  15 Février 2013 :

Me voilà arrivé depuis 15 jours à La Paz et je découvre avec surprise cette ville aussi surprenante qu’atypique.

Ayant connaissance de l’ensemble des aides qu’il existe en France pour concrétiser des projets d’expédition, je donne l’idée à Anne de proposer un dossier de candidature à « bourse-expé.com ». Une société qui permet, depuis 1992, de contribuer au financement d’une aventure en montagne. Conscient de la difficulté d’obtenir cette aide, nous cherchons, par les meilleurs textes possibles, de présenter ce projet aux dimensions multiples :

L'exploration d’une région montagneuse encore méconnue , la cordillère Apolobamba, située au nord-ouest de la Bolivie, du 17 au 31 mai 2013. Il existe déjà dans ce massif un petit trek sur le versant Est, côté amazonien, ce qui implique des conditions climatiques rarement optimales (brouillard et pluie). En outre, ce tracé existant est très éloigné des massifs glaciaires. Notre expédition a donc pour but d’ouvrir un nouveau sentier de trek sur le versant altiplano, versant Ouest et en collant cette fois-ci au plus près des glaciers. Nous tenterons aussi au cours des 14 jours d’ouvrir 5 nouvelles voies de glaciers méconnus culminant entre 5700 et 6000m d’altitude. 

Au delà de l’exploit sportif, cette expédition témoignera de la compétence des guides. Les Boliviens n’ont pas pour habitude de se mettre en avant. Il existe de nombreux guides très qualifiés en Bolivie mais aucune voie n’a été ouverte par ces derniers dans leur propre pays. Ils méritent d’être connus et reconnus.

En les motivant à participer à cette aventure, nous espérons aussi leur apporter le goût de la découverte, l’envie d’ouvrir de nouveaux Thaki… de nouveaux chemins tout simplement.

Ce n’est donc pas avec leur costume de guide qu’ils nous accompagneront dans cette démarche, mais bien en tant qu’amis, partageant cette même passion, celle du dépassement de soi et de la montagne.

Par la production d’un film, notre dernier objectif est de communiquer sur ces deux grands défis : humain et sportif. Au travers du regard de Sergio, nous aurons un point de vue authentique et actuel de la relation de ces Hommes Guides avec les montagnes andines et la Pachamama, la terre mère.

L’échange entre les membres de l’équipe sera riche et permettra à tous d’accomplir nos rêves :

- pour les Boliviens, celui de marquer de leur empreinte leurs terres andines,

- pour Anne, de mettre en avant ses compagnons de cordée au cours d’une Grande Aventure,

- et, pour moi, de raconter cette aventure sportive et humaine à travers un premier film réalisé durant l’expédition.


 Apolobamba-8 copie


Accompagné d’une équipe d’environ 10 boliviens, je serais responsable de la mise en image vidéo et photo de cette expérience sans précédent.

Ici, les montagnes sont des lieux sacrés, chargés d’histoire qui doivent être respectées.

Nous raconterons donc la vie de ces hommes boliviens, amoureux et passionné de ces hauts sommets qui vivent de leurs passions en allant à l’encontre des coutumes locales.

En effet, depuis les temps les plus anciens, les Andins ont associé les montagnes au culte de la fertilité. Ce sont elles qui dispensent la pluie permettant les bonnes récoltes, mais aussi la neige ou la grêle qui peuvent les détruire. Pendant toute la période préhispanique, les montagnes assurant le lien entre le Ciel et la Terre, furent des lieux de pèlerinage où les fidèles faisaient des offrandes, parfois des sacrifices humains. Elles inspiraient le respect et la crainte aux locaux.

Les Boliviens ont donc un rapport particulier avec ces hauts sommets. Ils n’y vont pas pour la beauté des paysages ni pour le plaisir. Les guides de haute montagne n’ont donc pas une position facile au regard des coutumes andines. D’une certaine manière, ils profanent des lieux sacrés.

Ces habitants des hauts plateaux sont aussi très discrets, réservés et humbles.
Anne partage une histoire liée à ce relief andin avec ses compagnons de cordée boliviens. Pour eux, ils ne se sentent pas à la hauteur des guides de montagne européens alors qu'ils ont reçu la même formation grâce à l’école de guides créée à La Paz.

Apolobamba-7 copie

 

Voici un lien de présentation du projet qui vous permettra, si vous le désirez, de le soutenir financièrement par des dons. Ce n’est pas sans contreparties de notre part !

Rendez vous sur : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/a-chacun-son-thaki-en-bolivie  


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article