Bref !...

Publié le par Vincent

Je suis assis dans la cuisine, nous sommes vendredi soir, il y a déjà 5 personnes dans la pièce et nous nous apprêtons à diner. 10 minutes plus tard, tous les enfants sont revenus avec des amis.

Bref, nous sommes 16 à manger !

 

 

Dimanche matin, jour du Souk à Tabant, Malika vient me chercher et me dit qu’elle a besoin d’aller acheter des légumes. Nous partons Malika, sa tante et moi. Après avoir acheté les provisions, je comprends qu’elles cherchent quelqu’un au souk.

Un homme nous conduit dans une chambre à l’étage du maison où un vieil homme en djellaba est assis adossé au mur. Malika semble avoir un problème. Le vieil homme sort un petit flacon d’une pochette sortie de nul part et lui verse le contenu dans la bouche. Après 5 minutes, il sort de la même sacoche, une espèce de pince et le massacre commençe ! Je vous laisse imaginer les rugissements qui sortaient de la pièce !

Bref, Malika avait mal à une dent.

De retour à la voiture, nous croisons un homme avec dans une main la tête d’un mouton et d’un l’autre, le corps.

Bref nous étions partis acheter des légumes !

 

 

Vers 12h, ce 14 avril, Fatima m’appelle pour venir manger, je débarque dans la cuisine, elle faisait un barbecue à l’intérieur de la cuisine !!!

Vers 13h, on me rappelle, c’est une grande assiette de riz que nous partageons.

Vers 13h45, on m’apporte un tajine individuel de légume.

Vers 15h, « ALI, ATéÏ » ! Je débarque dans la cuisine, 9 femmes étaient assises autour de la table entrain de manger un gâteau et des crêpes berbères.

Bref, j’ai bien mangé !

 

Aït Ayoub-434

 

 

C’est avec Charlo que nous arrivons au col d’Aït Imi. A 50mettre du sommet nous apercevons un berger avec fils.

Ils nous attendent et nous demande où nous allons. A l’aide d’une communication avec les mains nous lui expliquons que nous redescendrons le soir sur Tabant.

Nous lui proposons de partager notre pain et après avoir bien mangés, Hamed et son fils Mohamed nous ont préparés un petit feu pour boire le thé tous ensemble.

Bref, au Maroc, on peut boir du thé partout, même à 3000m d’altitude !

 

Aït Ayoub-343

 

Aït Ayoub-330

Ali, Hamed, Mohamed, Brahim !

 

 

 

Nous partons avec Hassan à Tabant pour racheter de la peinture. Nous sommes presque à la fin des travaux. Hassan me propose de commencer par boire un thé ! Hassan me dit rejoint à coté du menuisier dans 10 minutes.

10 minutes plus tard, je débarque, c’était le coiffeur à coté du menuisier ! Ils étaient entrain de prendre un thé et manger du pain. Hassan me dit qu’il va se faire couper les cheveux, Ok !

J’en profite pour me faire raser la barbe. Six berbères sont dans la petite pièce autour de moi et qui me disent :

« Fait aussi couper les cheveux si tu veux devenir un vrai berbère Ali !»

Bref, nous étions partis achetés de la peinture.

 

 

Nous partons avec Hassan pendant les travaux a Tabant pour acheter des clous. Cela devait nous prendre 15 minutes mais avant de repartir au gite, Hassan me dit :

« - Il faut attendre Miriame qui sort du collège pour la raccompagner !

-         Ok, elle sort à quelle heure ?

-         17h »

Il est 16h10…

Bref, nous étions partis pour 15 minutes.

 

 

 

 

 

Quelques phrases mythiques :

 

Chauffeur de taxi à la sortie de l’aéroport alors que je m’apprétais à mettre ma ceinture :

« Tu es au Maroc ici, tu es Libres »

 

Fatima, 2 jous après mon arrivée :

« Bincent trop compliqué, maintenant toi Ali »

 

Lahoucine à propos de son gite :

« C’est moi qu’on tout construit de A à Zero ! »

 

Un vieux berbère sur son mulet qui ne veut pas avancer et me dit :

« Walou battri »

 

Hassan ou les proverbes français :

« Un autre pas le charon de avant les bœufs », version française d’un berbère  pour « Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. »

 

La veille de la soirée traditionnelle pour le groupe de vision du monde, Fatima me dit :

« Demain, Ali Mariage » alors qu’elle voulait dire Maquillage !

Le tout suivit d’un éclat de rire général dans la cuisine !!

Publié dans Maroc

Commenter cet article