C'était pas le programme !!!

Publié le par Vincent

17 Avril 2012, C’est pas ce que j’avais prévu !

 

Dimanche dernier, alors que Lahoucine venait tout juste de rentrer de ses trois semaines passées en France, je commençais à prévoir un peu le programme de ma semaine.

Les 8 derniers jours ont été consacrés à l’accompagnement d’un groupe envoyé par Vision du Monde, le premier de la saison. Pendant une semaine je les ai suivis avec leur guide Hamed, originaire du village : Initiation à la cuisine berbère, construction de mur en pisé, visite des projets de développement financés par les voyages de Vision du Monde et randonnée autour du gite !

Profitant d’une météo agréable j’en ai aussi profité pour commencer les repérages pour les futurs guides de randonnée que je devrai rédiger. Bref, ce fut une semaine très agréable.

En plus de cela, j’ai eu ma première visite ! Charles, le cycliste arrivé directement des Pyrénées à vélo.

C’est ici, à Aït Ayoub, que Charlos a terminé son long périple d’un mois, traversant l’Espagne et une grande partie du Maroc sur deux roues à la force de ses jambes ! Chapeau bas !

C’était vraiment sympa de pouvoir partager avec quelqu’un que je connais cette drôle de vie que je mène ici. Charles pourra vous confirmer ce que je vais vous dire : En tant que voyageur, qui plus est « ami d’Ali », vous serez reçu comme des rois !!!

 

Maintenant, « retour » au boulot. Comme je vous le disais, j’avais prévu de consacrer cette semaine à l’avancée du site internet et des panneaux d’information qui seront affichés dans le gite, mais cela était sans compter les imprévus !

Lundi matin, à 8h, Lahoucine est venu frapper à ma porte pour me dire :

« - Yahllah Ali, on va travailler dans les champs !

- D’accord… ! »

            Heureusement l’après midi les enfants de Lahoucine (en vacances en ce moment) ont dit à leur père qu’ils ne voulaient pas travailler après le déjeuner. J’ai pu donc bosser un peu. Vers 17h, le « Mokateb », représentant de l’autorité locale des villages est venu frapper à ma porte au gite pour me demander si j’avais une autorisation pour être ici ?!

Oulaaaa… ça sent pas bon cette histoire.

J’ai été convoqué ce matin, mardi, à 9h à par le Kaïd ( il porte bien son nom), une sorte de sous préfet, pour expliquer ce que je faisais ici.

Ce matin, nous partons à Lahoucine et le Mokateb pour rencontrer le Kaïd mais bien entendu il n’était pas là. Nous sommes donc allés prendre un thé, deux thés… puis à 10h50, le bureau du Kaïd ouvre ses portes. C’est dans un français aproXimatif que l’homme me demande si j'avais une autoRRRisation du ministère de l’intérieur pour être ici !?

Whaouuu… Euh non Monsieur. Il m’explique qu’il a reçu une lettre provenant du préfet en personne demandant de lui fournir une autorisation provenant des autorités marocaines pour que je puisse rester ici.

Après 15 minutes de conversation (tournant en boucle), le Kaïd me demande d’aller au plus vite me présenter à la préfecture de Tabant pour m’expliquer. C’est noté Monsieur.

Au passage, il a photocopié les 8 pages de la convention de stage et cela a pris environ 8 minutes (sans exagérer !!!).

Sorti du bureau, on me demande d’aller me présenter à la gendarmerie royale ! Je vais revoir mon pote le « grand black » du premier jour !! Espérons qu’il ne dorme pas !

 

Une fois toutes ces formalités administratives terminées, je propose à Lahoucine de rentrer à Aït Ayoub pour me (re)mettre à travailler mais j’avais oublié un élément important : Nous sommes invités à déjeuner chez la sœur de Lahoucine pour la circoncision du dernier petit garçon.

Nous devons attendre 40 minutes à Tabant le temps que l’infirmier finisse son service.

13h Nous prenons la route !

Nous sommes donc restés 4h à Tabant pour 15 minutes de rendez-vous !

Faut pas être pressé au Maroc !

 

La suite de la journée fut tout autant surprenante:

C’est dans la pièce des invités que nous sommes reçus, les hommes autour d’une table basse, d’un… thé et des petits gâteaux.

Il y a 9 hommes assis par terre à discuter en berbère, de la famille et l’infirmier et son assistant. Assis à coté de moi, le plus âgé de la pièce, Lahoucine m’explique que c’est un ancien combattant et qu’il a travaillé en collaboration avec le général De Gaule.

« En 1932, moi, Marseille » me dit-il et il commence à raconter des histoires de tirailleurs, en berbère malheureusement.

Il est 14h30 et arrive la première tajine !

Les femmes ne mangent pas avec nous, les enfants non plus. Après avoir bien mangé, 15 minutes plus tard arrive une seconde tajine !

Et l’ApothèRose arriva : Un couscous énorme pour finir !!!

Des oranges, des pommes pour le dessert.

Je comprends vite que la circoncision aura lieu ici, dans cette pièce, à la lumière de l’unique fenêtre de la pièce. L’infirmier sort des seringues d’un sac en plastique, se lave les mains sans savon et le petit bonhomme arrive !...

 

En 10 minutes c’était fait. Un genre de cérémonial pour la religion musulmane où cela se déroule après un festin, entre hommes.

Après cela, nous rebuvons un thé et les femmes récupèrent le bébé !

 

Il est 17h et je vais me mettre à travailler !

Demain direction Azizal pour savoir si je dois aller au ministère de l’intérieur et donc pour savoir si j’ai le droit d’effectuer mon stage ou pas !

 

Bref, je suis au Maroc !

 

 

 

 

Publié dans Maroc

Commenter cet article

Joanna 24/06/2012 00:09

Ah je pense connaitre Vision Du Monde; c'est "World Vision" en anglais n'est-ce pas? J'entends beaucoup de bien de leur travail. Après avoir passé du temps auprès d'une de leurs équipe, vivent-ils
à la heuteur de leur réputation?

Tes récentes aventures au Maroc me font sourire, ne serait-ce que parce que ça m'est tellement familier. Et pas besoin d'aller bien loin; dans mon cas il m'a suffit de vivre quelques années dans le
Nord de la France, où il y avait une forte concentration d'étrangers, en particuler Nord Africain. Quoi que le mot étranger ici est mal employé puisque les familles que je cotoyais étaient
françaises aussi, et c'est moi l'Anglaise qui était la vraie étrangère. Mais une culture aussi forte que la leur, ça ne se perd pas. Alors certaines expressions, certaines réactions que tu décris
me rapelle bien des souvenirs! :)
C'est peut-être un choque de culture au début, mais à la fin d'une telle aventure on ne peut partir sans emporter un peu d'eux, de leur vision du monde, de leurs habitudes avec soi. Et je pense
qu'on ne peut en être que plus enrichie.

Bon eh bien j'espère que côté papiers et autorisations, etc, tout s'arrangera au mieux. Et puis que Dieu continue de te bénire et protéger dans tes aventures autour du globe!

Vincent 16/02/2013 20:14



Bonjour, 8 mois après je découvre ton commentaire et je m'excuse de ne pas t'avoir répondu avant !


Cette expérience et de loin celle qui m'aura le plus marqué jusqu'à présent ! Me voilà, aujourd'hui à La Paz en Bolivie pour une nouvelle aventure, à durée indéterminée !... Les émotions, les
rencontres, les aventures resteront toute ma Vie dans mon coeur ! 


Je conseille à tout le monde d'aller dans cette petite vallée et d'ouvrir grand les yeux face à la manière de vivre de ces berbères chaleureux, entier et authentique.


Bonne continution