De San Juan à La Laguna Colorada

Publié le par Vincent

 

Lipez-85

 

En cette 4ème journée de notre circuit, nous ne ferons aujourd’hui pas d’ascensions mais découvrirons des paysages uniques, des lagunes aux couleurs stupéfiantes… et les flamants roses !!!

Cette région est tout simplement magique… nous avons la chance de découvrir des lieux d’une beauté difficilement inégalable en solo… comme si nous n’étions plus sur terre tellement les paysages sont désertiques et qu’il n’y a strictement personne autour de nous… à part les animaux !

 

Lipez-93

 

Lipez-94

 

Lipez-98

 

Lipez-102

 

Lipez-107

 

Lipez-109

 

A perte de vue, ce sont les volcans, les sommets enneigés, les lagunes qui donnent à ce paysage un coté totalement magique… Le ciel bleu, le soleil, les couleurs flamboyantes de la terre, les lacs, le silence de la nature sont autant d’éléments qui nous donnent l’impression de ne plus être sur la même planète que le reste du monde !

 

Lipez-111

 

Lipez-124

 

Lipez-130

 

Lipez-132

 

Lipez-135

 

 

Lipez-142

 

Lipez-137

 

Lipez-144

 

Lipez-146

 

Lipez-153

 

Lipez-155

 

Au sommet d’une petite « collinette », Zénon nous propose de nous arrêter pour profiter d’un paysage toujours aussi spectaculaire… les superlatifs me manquent et me manqueront pour découvrir ce qui se trouve sous nos yeux !...

La Bolivie me prouve, avec ce voyage, la variété des paysages qu’elle possède… comme en Nouvelle Zélande, ce pays que représente le Bolivie offre à ses visiteurs une biodiversité, des changements de paysages en peu de kilomètres… Toujours seul au milieu de nulle part, on se demande comment notre cher ami Bolivien, Zénon, est capable de se repèrer au milieu de tout ce sable et de ces volcans !??... C’est sans aucune difficulté qu’il nous conduira au bon endroit pendant tout le séjour !

 

Lipez-158Lipez-157

 

Lipez-159

 

Lipez-174

 

Lipez-175

 

Lipez-178

 

Lipez-182

 

Lipez-183

 

Lipez-186

 

Lipez-193

 

Le séjour mémorable se termine sur une touche… comment dire colorée !... Arrivée dans le parc national Eduardo Avaroa dans lequel se trouvent sans doute les lagunes les plus belles que j’ai jamais vue de ma vie (impossible tout de même d’oublier le lac Tekapo sur l’ile du Sud en Nouvelle Zélande !!)

C’est au coucher du soleil, à près de 4 270m d’altitude que nous découvrons, avec Mat, la laguna Colorada… où pour le coup nous ne sommes plus tout seul à découvrir cet immense lac d’un rouge sanguin peuplé d’irrésistibles flamants roses !...

De près de 60 km², c’est un lac salé très peu profond, en moyenne 35cm, qui contient des iles de Borax. Sa couleur rouge unique est due à des sédiments de couleur rouge et aux pigments de certains types d’algues qui y vivent. Dépendant de la luminosité extérieure, de la présence de nuage ou non et de la température, le rouge est plus ou moins étincelant !

 

Lipez-191

 

Lipez-195

 

Lipez-196

 

Lipez-198

 

 

 

Lipez-206

 

Nous avons donc passé notre nuit dans un petit refuge très très sommaire tenu par des Boliviens (qui ont beaucoup de courage de rester vivre ici…)

Cette nuit restera surement très longtemps gravée dans ma petite mémoire, au même titre que ma première nuit passée à Aït Ayoub, dans le Haut Atlas Marocain l’an dernier… Pour X raisons, alors que mat était en pleine forme, mon cher petit estomac n’a pas semblé apprécier soit les toutes petites pierres présentes dans le quinoa mangé au déjeuner, ou l’altitude… Toujours est il qu’environ toutes les 2 heures, par une températures à l’intérieur avoisinant les – 8°c, j’ai eu la chance de faire de nombreux aller/retour entre ce qui nous servait de lit et les toilettes… ! Un vrai bonheur dans ces conditions !...

Alors certes, je commence à avoir découvert un certains nombres de pays, à avoir voyager dans des conditions pas forcément optimales, mais mon corps ne semble pas pour autant s’habituer à ce que je lui fais vivre.

Le lendemain, au réveil, impossible de manger quoi que se soit bien entendu, Mat, qui était toujours en plein forme et qui avait subit ma douce nuit, m’a proposé de supprimer l’ascension de le Licamcabur prévue le lendemain. Partant au pied du volcan, nous aurions dû nous lever à 2h du matin pour arriver au sommet 8h plus tard avec près de 800m de dénivelé dans les jambes… Nous n’allons pas tenter l’impossible cette fois ci !... Une autre ascension de l’Utuncu (6008m) nous attend dans 3 jours et dans une semaine, nous devons chausser les crampons dans la cordillère royale pour atteindre le sommet du Chachacomani culminant à 6150m !...

 

Lipez-209

 

Lipez-214

 

Lipez-232

 

Lipez-218

 

Lipez-224

 

 

Lipez-220

 

Lipez-229

 

Lipez-226

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Bolivie

Commenter cet article