DécouverteS & Apprentisages

Publié le par Vincent

Découverte & Apprentissages berbères :

 

            La mise en route des rénovations n’a pas été longue à se mettre en place. Dès le 3e jour, trois artisans/ouvriers/fermiers attendaient que je leur donne du boulot!!!

Yallhaaa… ! ("Allez" en berbère)

Le mode de fonctionnement à la Marocaine nécessite un petit temps d’adaptation pour comprendre leur fonctionnement.

Ici, il n’y a pas d’horaire, vous ne pouvez jamais être certain de voir le matin les personnes qui doivent travailler. Quand vous leur dites « A demain pour une bonne journée de travail ! », ils vous répondent « Incha’ Allah !»  Si Dieu le veut !...

Cette réplique est monnaie courante dans toutes les discussions. Dès que vous prévoyez quelque chose dans le futur vous avez droit au « Incha’Allah !»

Les berbères ont cette faculté de vivre le moment présent à 4000% puisqu’ils ne se projettent pratiquement jamais dans l’avenir. Le Carpe Diem est totalement respecté !

Voici quelques photos des rénovations et travaux entrepris. Ici on se débrouille avec ce que l'on a sous la main, c'est-à-dire pas grand chose!

Des échafaudages constitués de longues planches de madrier reposant sur des branches d'arbres directement enfoncées dans le mur à l'échelle en bois soutenue par un tronc d'arbre, chaque tâche devient une épreuve d'équilibre !

 

Aït Ayoub-34

Hassan et les petits du hameau qui participent à la mise en place de la signalétique extérieure !

 

Aït Ayoub-41

 

Aït Ayoub-44

"L'artiste" Youssef a fini son travail !

 

 

Aït Ayoub-48

Reconstruction du muret en pierre... C'est Lourd !!!

 

 

Aït Ayoub-50

 

Aït Ayoub-63

Un villageois qui vient observer ce qui se passe, comme souvent !

 

Aït Ayoub-70

L'echafaudage berbère, on fait avec les moyens du bord !

 

Aït Ayoub-73

Hassan, mon ouvrier et ami principal !!!

 

Aït Ayoub-80

 

Aït Ayoub-81

 

Aït Ayoub-79

 

Aït Ayoub-74

 

Aït Ayoub-85

 

Aït Ayoub-255 Nassa

 

Aït Ayoub-199

 

Aït Ayoub-112

 

 

 

Aït Ayoub-103

 

 

 

Aït Ayoub-199

 

 

 

            J’ai été directement intégré à la famille de manière très naturelle. Un berbère m’a dit « quand tu restes plus de trois jours dans une famille berbère, tu fais partie de la famille !». Fatima, LA femme de la maison s’occupe de nourrir les troupes. 3 de leurs 6 enfants vivent encore à Aït Ayoub et lorsqu’il embauche des « journaliers », l’employeur les nourrit aussi.

En plus des repas « normaux », petit déjeuner, déjeuner, diner ; il y a aussi les fameuses pauses Thé. L’heure est variable en fonction du travail effectué, mais vous pouvez être sûr d’avoir un quart d'heure le matin pour aller partager un thé et du pain fraichement cuit par Fatima, que vous pouvez tremper dans de l’huile d’olive ou de la confiture maison. L’après midi, même rituel.

Moi qui pensais revenir affuté, je n’arrête pas de manger !!!

Le pain est l’aliment essentiel au Maroc. N’utilisant pas de couvert, c’est avec ce pain rond que les marocains piochent tous ensemble dans la même tajine ou couscous posés sur la table basse. Parce que oui, les repas ici, c’est soit couscous soit tajine ! Mais c’est excellent !!!

 

Aït Ayoub-72

Fatima en pleine préparation du repas, comme souvent dans la journée !

 

Aït Ayoub-434

Alors ça, je ne pensais pas le voir un jour: BBQ à l'intérieur de la cuisine !!!

Ce jour-là, mon estomac n'a pas compris ce qui se passait: à 12h j'étais appelé pour le dejeuner, brochette avec du pain, puis Fatima sort une grande assiette de riz. Une heure plus tard, alors que j'étais redescendu au gite, on m'apporte une petite tajine de legume et de viende. Et le summum, à 14h30, Youssef vient me chercher "Ali, Atéï"!!!

Je débarque dans la cuisine où se trouvaiten 9 femmes, des amies et la famille de Fatima, des crêpes étaient en train d'être préparées, un gateau était sur la table basse.

Bref j'ai mangé !!!

 

Aït Ayoub-309

Préparation des tajines

 

 

Il y a de multiples choses à savoir afin de respecter la culture de mes hôtes.

Ma main gauche, ma main impure, n’est jamais utilisée pour manger ou pour une accolade amicale avec une personne.

Il n’est pas rare, dans le souk, de croiser deux hommes se tenant par leur main droite tout en marchant, c’est une preuve d’amitié et d’affection. « Paradoxalement » si je peux utiliser ce terme, par rapport à notre société occidentale, le contact physique en public avec une personne du sexe opposé est très rare voir mal vu.

            Le repas commence toujours après avoir prononcé « Bismila » ???, c’est donc avec les trois premiers doigts de la main droite que l’on va piocher dans le grand plat, commun. La viande, toujours située au milieu de la tajine, est mangée en dernier et est découpée par une personne à part égale pour chaque personne assise autour de la table. Il y a un verre que tout le monde se partage.

Les repas sont toujours en quantité énorme, au cas où il y aurait des arrivées non prévues.

Comme au moment du thé où vous pourrez toujours voir un verre supplémentaire que certains utilisent pour refroidir leur boisson mais surtout qui sera utilisé au cas où quelqu’un arrive par surprise !!!

 

La famille de Lahoucine vit de manière très simple comme la majorité des gens de la vallée. Produisant leurs légumes, leurs céréales, leurs fruits, utilisant le lait des vaches pour faire le beurre ; c’est un réel retour à la vie paysanne.

L’an dernier, avec Noel et Debbie, au fond fin du Fjord Marlborough en Nouvelle Zélande, j’avais déjà eu la sensation qu’ils vivaient en autosuffisance, mais avec Lahoucine et Fatima cette impression est encore plus forte.

Ici, il n’y a pas le choix de toutes les manières.

Avant dernier village de la vallée, Aït Ayoub est un petit coin du Monde où les gens vivent au rythme des pas des mules.

Lorsque l’on a besoin de quelque chose, on fait avec ce que l’on a ! La création de l’échelle de fortune de Hassan vous le prouvera !

 

Aït Ayoub-436

 

Fatima, Femme à tout faire !

 

Publié dans Maroc

Commenter cet article