Les origines d'un projet hors normes !

Publié le par Vincent

Qui sont ceux qui, amoureux des montagnes, n’ont pas rêvé un jour d’ouvrir de nouvelles voies et de franchir la fameuse barre des 6000 mètres d’altitude.

Anne, française d’origine, se passionne depuis 3 ans pour l’andinisme. Accompagnée de son ami de cordée Sergio, petit bolivien aymara d’1m50, elle a sillonné l’essentiel des sentiers andins et flirté avec ses principaux sommets.

Passionné de photo et voyage, j’ai rejoint cette expédition dans le but de partager avec le plus grand nombre le rêve commun de Anne et de ses amis Boliviens: une expédition exceptionnelle ponctuée d'ascensions inédites culminant entre 5700 et 6000m d'altitude.

C’est suite à une discussion avec elle, que l’idée de faire un film sur cette expédition m’est venue. Tous les éléments étaient alors réunis : un projet sportif de grande ampleur, 14 jours en autonomie dans une cordillère inconnue, l’histoire de cette femme acharnée, passionnée, repoussant toujours ses limites évoluant dans un milieu majoritairement masculin, combinée avec l’histoire de ces boliviens allant à l’encontre de leurs coutumes.

 

Carnaval-66

A l'image de cette photo, la Bolivie est un pays coloré dans tous ses aspects...!


En effet, depuis les temps les plus anciens, les Andins ont associé les montagnes au culte de la fertilité. Ce sont elles qui dispensent la pluie permettant les bonnes récoltes, mais aussi la neige ou la grêle qui peuvent les détruire. Pendant toute la période préhispanique, les montagnes assurant le lien entre le Ciel et la Terre, furent des lieux de pèlerinage où les fidèles faisaient des offrandes, parfois des sacrifices humains. Elles inspiraient le respect et la crainte aux locaux.

Les Boliviens ont donc un rapport particulier avec ces hauts sommets. Ils n’y vont pas pour la beauté des paysages ni pour le plaisir. Les guides de haute montagne n’ont donc pas une position facile au regard des coutumes andines. D’une certaine manière, ils profanent des lieux sacrés.

Ces habitants des hauts plateaux sont aussi très discrets, réservés et humbles.

Anne partage une histoire liée à ce relief andin avec ses compagnons de cordée boliviens. Pour eux, ils ne se sentent pas à la hauteur des guides de montagne européens alors qu'ils ont reçu la même formation grâce à l’école de guides créée à La Paz.

 

Pomerape-106

 

J’ai voulu mettre à contribution mes connaissances en termes de photos et vidéos pour raconter ces histoires : celles de ces boliviens vivant de leur passion et assumant malgré tout leur choix de vie, cette relation avec Anne qui les aide à obtenir la reconnaissance qu’ils méritent. Tout cela, je vais le vivre à travers ma première grande expédition andine.

Commenter cet article