Première Double ascension: Ullakaya & Condorini

Publié le par Vincent

 

Le réveil sonna à minuit, le temps était clair et étoilé, une bonne première chose pour cette journée d’ascension qui, de toute évidence, allait être longue… très longue. En silence, chacun organisait son matériel personnel tout en prenant un café et préparant les sandwichs ! La montée dans le pierrier pour accéder au glacier se fit bien. Nous allions réaliser nos premiers pas sur un glacier de l’Apolobamba ! Enfin… La progression se fit sur une arête rocheuse délicate, le fameux rocher semblable à de l’ardoise, auquel il ne faut absolument pas faire confiance. Anne et moi même étions encordés respectivement avec un guide alors que les 6 autres s’étaient réparti en 2 cordées distinctes. De nuit, crampons aux pieds, sans grande visibilité, nous devions assurer chacun de nos pas sur un terrain extrêmement friable. L’Aventure semblait être bien lancée ! 

 

Jour 4-©V.Kronental-2

Aux premières lueurs de l'aube lors de la première ascension de la journée

 

Jour 4-©V.Kronental-3

 

La progression était longue, mais nous arrivâmes enfin à bout de l’arête rocheuse. Arrivée sur le glacier, ce fut alors plus tranquille. Nous fîmes une pause bien méritée, avant la montée finale qui semblait s’accentuer. Je ressentais de signe de fatigue inhabituelle : mal de crâne, la tête tournait… Je ne voulais pas y penser, il y avait un énorme défi qui nous attendait et je n’avais pas le droit de flancher dès la première difficulté ! No Way ! Le jour allait commencer à se lever. Un sentiment de résurrection nous anima alors, tous autant que nous étions. Nous pensions à ces quelques rayons du soleil qui viendront réchauffer les rares parties de notre corps laissées à « découvert ». Les heures passées de nuit à marcher dans le froid sont alors oubliées et nous profitons de ces lumières du crépuscule, uniques en haute montagne, qui donnent aux paysages un caractère sublime.

 

Jour 4-©V.Kronental-5

      Rolando & Anne liés par la corde Béal pétante !

 

Jour 4-©V.Kronental-7

      Anne recherche toujours les défis: aujourd'hui monter à cloche pied !

 

Jour 4-©V.Kronental-8

 

On se mit à contourner le dôme glaciaire par la droite. Au loin, nous pouvions voir le second sommet de la journée. Il semblait bien haut, bien loin et les pentes bien raides. Au fond de nous, nous espérions tous que nous n’aurions pas besoin de descendre beaucoup pour le gravir. La vue était impressionnante. D’un coté, nous pouvions observer l’Akamani que nous n’avions pas pu faire et de l’autre, c’était toute la cordillère qui apparaissait en enfilade jusqu’au Chaupi Orco. Notre futur Thaki !...

 

Jour 4-©V.Kronental-9

 

Jour 4-©V.Kronental-10

      L'ensemble de l'équipe "A Chacun son Thaki en Bolivie" en marche vers le premier sommet à 5829m Ullakaya

 

Jour 4-©V.Kronental-26

 

Jour 4-©V.Kronental-16

      Arrivée face à la paroi verticale, pas d'autre possibilité pour atteindre le sommet

 

Alors que nous progressions à bonne allure sur le glacier, les pentes devenaient de plus en plus raides. Le sommet était proche. Tout d’un coup, la première cordée s’arrêta, sembla hésiter. Nous étions au bord d’une énorme crevasse. Seul un pont de neige semblait pouvoir nous permettre de continuer notre ascension. Une fois tous réunis sur un petit plateau, au pied de la paroi raide, à coté de la crevasse, les guides s’organisèrent. Sergio passa le pont de neige et monta installer des broches à glace de manière à assurer un minimum de sécurité. A l’ombre, l’ensemble de l’équipe l’observait grimper, il faisait – 10°c, à l’horizon les rayons du soleil éclairé les sommets, mais pour le moment nous avions pas encore le droit à la renaissance provoquée par le soleil ! Cordée par cordée, nous franchissions ce premier passage technique pour arriver quelques dizaines de mètres plus tard sur le premier sommet ! Beau temps, glacier magnifique, les douleurs de certains n’étaient plus que de mauvais souvenir.

 

Jour 4-©V.Kronental-21

      Sergio installant la broche à glace pour assurer le reste de l'équipe...

 

Jour 4-©V.Kronental-29

      Le petit pont de neige au dessus d'une gigantesque crevasse

 

Jour 4-©V.Kronental-33

 

Jour 4-©V.Kronental-34

      -10°c à l'ombre... 

 

Jour 4-©V.Kronental-38

 

Jour 4-©V.Kronental-39

 

Jour 4-©V.Kronental-44

Nolberto, Pacifico & Sergio en marche vers le sommet

 

Jour 4-©V.Kronental-48

 

Après quelques photos, des félicitations & remerciements adressés aux une et autres,  il ne fallait pas tarder, la journée était encore très longue. Depuis ce premier sommet, nous pouvions voir le chemin qu’il nous restait à parcourir pour atteindre le deuxième pic. Il nous fallait descendre sur une magnifique arête qui nous menait sur un immense plateau glaciaire. Un plateau bien bas malheureusement…

 

Jour 4-©V.Kronental-50

      De Gauche à Droite: Ignacion Anne, Hugo, Sergio, Julio, Juvenal, Rolando, Nolberto, Pacifico et Vincent

Apolo-compact-6

Malgré les efforts fournis pendant l'ascensions, je reste concentré sur un autr objectif: Immortaliser cette expédition par un film !

 

Jour 4-©V.Kronental-61

En marche vers le second du jour, que l'on appercçoi à gauche du dome central, le Condorini, 5690m

 

Jour 4-©V.Kronental-54

 

Jour 4-©V.Kronental-55

 

Jour 4-©V.Kronental-58

L'équipe The North Face  Ignacio, Sergio, Pacifico & Nolberto

 

Jour 4-©V.Kronental-57

 

Jour 4-©V.Kronental-64

 

Jour 4-©V.Kronental-63

 

Jour 4-©V.Kronental-67

Une descente qui fait mal au moral quand on sait que l'on va devoir remonter    

Jour 4-©V.Kronental-68

 

Jour 4-©V.Kronental-71

 

Jour 4-©V.Kronental-72

Notre prochain objectif dans les nuages...

 

Jour 4-©V.Kronental-74

      L'immensité de la Montagne, le petitesse de l'Homme à 5200 face à la Nature !

 

Jour 4-©V.Kronental-75

 

 Arrivés au pied du Condorini, nous étions alors 5200m d’altitude. Il était 11h de matin. Cela faisait déjà 10h que nous marchions, 1100m de dénivelé positif accumulés depuis le début de la journée, c’était loin d’être terminé. Pour atteindre ce second sommet, nous devions encore gravir près de 500m de dénivelé, le tout à plus de 5200m d’altitude. En faisant une petite pause pour se restaurer, nous observions les parois raides qui nous attendaient pour atteindre « la cumbre », le ciel commençait à se charger. La fatigue, l’inquiétude pour certains se développaient. 

     

Jour 4-©V.Kronental-79

 

Jour 4-©V.Kronental-80

 

Jour 4-©V.Kronental-84

 

      Le redémarrage fut extrêmement difficile pour tous. L’ascension fut difficile pour Anne, qui au pied de la paroi, se demandait si elle allait être capable de relever ce nouveau challenge. Aussi étonnamment que cela puisse paraître, je me sentais en pleine forme, nous avions un bon rythme avec Ignacio et c’est finalement sans grande difficulté que nous arrivâmes au sommet du Condorini, dans une épaisse couche de brouillard. Le bonheur d’avoir accompli ce premier défi était grand ! Il nous fallait cependant encore redescendre de l’autre coté du glacier par une crête aérienne et retrouver le reste de l’équipe.

 

Jour 4-©V.Kronental-87

Sommet du Condorini à 5690m d'altitude

 

Jour 4-©V.Kronental-90

 

Jour 4-©V.Kronental-93

 

 Jour 4-©V.Kronental-95

 

Jour 4-©V.Kronental-94

 

Jour 4-©V.Kronental-100

 

Jour 4-©V.Kronental-101

      Le second sommet effectué dans la journée: le Condorini

 

Apolo-compact-10

 

Jour 4-©V.Kronental-104

 

      Cette ultime partie fut interminable. Après les 1600 mètres de dénivelés positif avalés en 12h30, nous avons mis 5heures pour rejoindre la grande lagune Pujo Pujo au bord de laquelle Andrés, Jhenry et les muletiers nous attendaient. Au total, nous aurons, pour cette première ascension, marché 20 km en haute altitude  durant en 17h… Une sacrée mise en jambe !

 

Jour 4-©V.Kronental-105

Première vue du Cololo, prochain sommet de l'expédition: 5925m d'altitude !    

 

Commenter cet article