Atéï !!!

Publié le par Vincent

 

 

atéï-1 

 

 

C’est la surprise chaque matin : pendant que je prends mon petit déjeuner, est ce que l’on va me demander de faire quelques choses qui n’était pas dans mon programme !

Ce matin, par exemple, alors que je buvais mon thé Fatima me dit :

« Chercher manger la vache ? 

Warra, make muchki ! » Oui pas de problème !

C’est donc avec une pioche et un sac que je partis chercher de l’herbe  pour nos 4 vaches !

Revenu 45 minutes plus tard, Fatima me voyant arriver me dit :

« Merci, merci beaucoup, Fouttt Fouttt Nassar ? » mimant quelqu’un avec une pelle ! Vous aurez donc compris qu’elle me demandait si je pouvais aller donner un coup de main à mon cher ami Nassar !

« Warra, make muchki » le tout avec le sourire bien entendu !

 

Aït Ayoub-648


Arrivé dans les champs, Nassar était en train de labourer la terre avec les deux mules. Ce que j’avais à faire c’était d’étaler les tas de fumier sur le reste du champ.

 

C’est là que cela devient marrant !

1 heure de travail plus tard, Nassar m’appelle :

« Ali ! Atéï ! »

Il faut savoir que même au milieu des champs, vers 10h, vous pouvez voir les journaliers, paysans, assis, autour d’un panier, mangeant du pain trempé dans de l’huile d’olive et la belle théière !

Après 20 minutes, nous décidons de nous diriger vers le champ et donc de traverser à nouveau la rivière. Pas de pont, la rivière est large, nous décidons de remonter la rivière jusqu’à trouver un bon endroit.

Après 10 minutes Nassar s’arrête et retire ses chaussures en plastique et remonte son pantalon. Il faisait froid et limite en train de se mettre à pleuvoir. Dans ma tête je me dis, nannn pas  ça, je commence a retirer mes chaussures et Nassar me dit Ali tout en me montrant son dos ! Je lui répond alors « Oho  (Non), il me dit SISI et je me retrouve sur le dos de Nassar en train de traverser la rivière, tous les deux éclatés de rire.

 

De retour au champ et après deux coups de pelle j’entends :

« Ali, atéï ! » C’étaient les journaliers du champ situé à coté qui nous invitaient à prendre le thé avec eux. Cela ne peut pas se refuser !

Nous étions repartis pour reboire du thé et manger du pain !

 

Moi qui pensais faire un peu d’exercice en travaillant dans les champs, au final j’ai plus mangé que d’habitude !

 

Aït Ayoub-621

Atéï, Arrom, Zit (Thé, Pain, Huile d'olive)


 

Aït Ayoub-663

Ali, un journalier


 

Aït Ayoub-660

Mon ami Nassar qui ne parle pas un mot de Français !...

 

Aït Ayoub-656

 


 

Aït Ayoub-499


 

Aït Ayoub-651

Le lavage des tapis dans la rivière

 

Aït Ayoub-638

 

 

Aït Ayoub-642

 

 

Aït Ayoub-627


 

Aït Ayoub-610


 

Aït Ayoub-579

 

Aït Ayoub-612


 

Aït Ayoub-524


 

Aït Ayoub-576

Naura & Radija

 

 

Aït Ayoub-553

 

Aït Ayoub-555

Le métier à tisser, un savoir-faire traditionnel

 

Aït Ayoub-556


 

Aït Ayoub-559


 

Aït Ayoub-558

 

Aït Ayoub-636

La luzerne qui sèche au pied des maisons en pisé

 

Aït Ayoub-487

Atéï Ali !

Désormais, je ne peux plus traverser le village sans que l'on me propose de m'offrir le thé. Aujourd'hui c'est la femme de Moha qui a insisté pour que je vienne chez eux.

Une habitation de base et une générosité sans limite...

comme beaucoup de berbères,

Sa'ha B'sef..!

 

Aït Ayoub-486

 

Aït Ayoub-581

 

 

 

Aït Ayoub-592

 

Aït Ayoub-587

 

Aït Ayoub-594


 

Aït Ayoub-602

Le M'Goun au bout de la route... 3 jours de marche

 

Aït Ayoub-586


 

Aït Ayoub-608

Une soirée mythique avec Moha, Lahou avec la musique traditionnelle

 

 

Aït Ayoub-430

15 avril 2012: Mes 24 ans avec ma famille berbère...

 


 


 


 


Publié dans Maroc

Commenter cet article